Avoir un chien est une question d’ADN

La génétique influence la passion pour les chiens
Une composante génétique influence la passion pour les chiens

Avoir un chien est une question d’ADN : c’est ce qu’indiquent les recherches publiées dans la revue Scientific Reports et menées par l’Université suédoise d’Uppsala. Les résultats, basés sur l’analyse de l’ADN de 35 000 paires de jumeaux, indiquent que le choix d’avoir un chien est fortement influencé par la constitution génétique.

Notre ADN influence notre choix d’avoir un chien

L’étude des jumeaux est une méthode bien connue pour distinguer les influences de l’environnement et celles des gènes sur la biologie et le comportement. Dans ce cas, les chercheurs ont vu que le taux de concordance sur le choix d’avoir un chien est plus élevé chez les jumeaux homozygotes, c’est-à-dire au patrimoine génétique identique, que chez les jumeaux hétérozygotes, qui partagent 50% du kit génétique.

Coordonnés par l’expert en épidémiologie moléculaire Tove Fall, les chercheurs ont utilisé les données génétiques contenues dans le Registre suédois des jumeaux, le plus important du genre dans le monde. Ils ont ensuite vérifié combien de jumeaux avaient un chien. “C’est avec surprise que nous avons vu que l’ADN affecte de façon significative le choix d’avoir un chien, ce qui peut avoir plusieurs implications dans la compréhension de la relation homme-chien à travers l’histoire “, commente Fall. La relation entre les hommes et les chiens est une relation de très longue durée, qui a commencé il y a au moins 15 000 ans. “Même si les chiens et les autres animaux domestiques font partie de nos familles partout dans le monde ” poursuit le chercheur “on en sait peu sur leur impact sur notre vie et notre santé. Certaines personnes sont peut-être plus susceptibles que d’autres de prendre soin de ces animaux“.

A lire aussi : Qui a été le premier chien guide d’aveugle de l’histoire ?

Pour trouver la réponse, la recherche doit se poursuivre. “Ce type d’étude ne nous dit pas exactement combien de gènes sont impliqués, mais il montre pour la première fois que l’ADN et l’environnement ont un rôle égal dans le choix d’avoir un chien“. La prochaine étape, note l’un des auteurs de la recherche, Patrik Magnusson sera d’identifier les variantes génétiques impliquées et de comprendre comment elles sont liées à certains traits de personnalité et d’autres facteurs, comme les allergies.